Iphigénie en ehpad 

Iphigénie en ehpad
16 septembre 2012, Paris

Iphigénie en Tauride. Tragédie lyrique en quatre actes de Christoph Willibald Gluck sur un livret de Nicolas-François Guillard, créée à Paris le 18 mai 1779. Sept représentations, du 14 septembre au 2 octobre 2021, à l’Opéra de Paris-Garnier.

Iphigénie : Tara Erraught ; Oreste : Jarrett Ott ; Pylade : Julien Behr ; Thoas : Jean-François Lapointe ; Diane, Première Prêtresse : Marianne Croux ; Deuxième Prêtresse : Jeanne Ireland ; Un Scythe : Christophe Gay ; Direction musicale : Thomas Hengelbrock ; Mise en scène : Krysztof Warlikowski ; Décors et costumes : Malgorzata Szczesniak ; Lumières : Felice Ross.

Musique : ***3***
Régie : *1*

You can have any review automatically translated. Just click on the Translate button,
which you can find in the Google bar above this article.

Douches sans but

Mais que sont devenus les éphèbes qui s’ébattaient nus sous la douche ? En 2006, lors de la création de cette scénographie arbitraire, ils en constituaient bien le seul attrait ! Les douches, elles, sont restées, même si elles ne servent plus à rien. Mais qu’est-ce qui « sert à quoi », ici, à quoi rime cette succession d’images gratuites qui se veulent provocantes mais ne font que recycler les éternels poncifs du regietheather ? Une mamie en peignoir rose se trémousse durant le ballet des Scythes, une autre vomit bruyamment pendant la reconnaissance d’Oreste, des vidéos vaguement gore animent l’Acte IV tandis que le méchant Thoas (en fauteuil roulant) tente d’assassiner le héros à coups de roses. Vous n’y comprenez rien ? Vous ne voyez pas le rapport avec Iphigénie ? Nous non plus. Tout au plus supposera-t-on que l’anecdote a été revisitée en flashback, Iphigénie, devenue vieille et parkinsonienne, se remémorant les événements-clefs de son existence.

Iphigénie
Opera national de Paris. Iphigénie en Tauride. @Sebastien Mathe-OnP.

Immédiatement qualifié d’ « enfant terrible de Cracovie », Warlikowski signait là sa première mise en scène d’opéra, qui lui servit de passeport pour une tripotée d’autres, au fil desquelles il déclina le même univers – en matière d’ « art », l’identité fait tout… Il n’avait rien à dire sur Iphigénie, pas grand-chose de plus sur les titres suivants, mais il le criait bien fort, et cela suffit à un establishment lyrique qui, de peur d’être traité de passéiste, cherche à faire le buzz à tout prix. Passons. Le public, d’ailleurs, s’en gausse – mais on sait qu’en matière «d’art », il ne faut écouter ni la critique, ni le public…

Une fois encore, consolons-nous avec les chanteurs, magnifiques – et qui ont sans doute bénéficié du secours d’exceptionnels chefs de chant, tant l’alliance du mot et de la ligne semble avoir été ici travaillée. À moins que cette qualité ne soit innée chez la jeune (mezzo-)soprano irlandaise Tara Erraught, au phrasé soyeux, fermement étayé et toujours musical, à l’élocution parfaite (quel français !), au timbre d’une belle luminosité et à l’engagement total.

Baryton au chant doux

L’actrice, petite et ronde, est en outre juste, expressive, capable de passer de la fragilité à l’héroïsme, de l’autorité à l’espièglerie en un clin d’œil (et on concédera aux scénographes une direction d’acteurs habile, à l’Acte III). Les quelques aigus un peu acides qui déparent « Ô malheureuse Iphigénie » seront imputés au trac (elle doit chanter assise sur le bord de la scène), tant la technique paraît naturelle et saine. Autre découverte : celle du baryton américain Jarrett Ott, Oreste athlétique mais au chant doux, ouaté, plein d’une tendre humanité, capable de fort belles demi-teintes au long de l’air « Le calme rentre dans mon cœur » – reste à corriger un accent anglo-saxon cette fois assez prononcé. Par l’un de ces miracles qu’on ne sait expliquer, son timbre se marie idéalement à celui du ténor Julien Behr (bien connu des mélomanes français) qui, fort de son expérience de liedersänger, raffine à l’envi son Pylade, dont il flatte le profil mozartien sans en esquiver les éclats juvéniles – pour le plus grand plaisir du public, qui l’acclame.

Iphigénie
Opera national de Paris. Iphigénie en Tauride. ©Sebastien Mathe-On.

Le baryton percutant et au coupant métal de Jean-François Lapointe contraste de façon saisissante avec celui de Jarrett Ott ; on peut certes trouver la couleur trop claire pour Thoas, le chant parfois un peu droit, mais Lapointe assume cette tessiture hybride et parvient à tenir tête à un orchestre déchainé dans « De noirs pressentiments ». Saluons enfin le vaillant Scythe de Christophe Gay, bien supérieur à Diane et ses prêtresses.

Le chœur de l’Opéra se voit contraint de chanter depuis les loges, et masqué. Si les messieurs s’en sortent, les dames, davantage sollicitées, déçoivent par une interprétation bien métronomique. Dont il faut en partie rendre responsable la direction par trop carrée et virile de Thomas Hengelbrock, efficace lors des hymnes belliqueux mais bien raide tout au long des récits accompagnés. L’orchestre paraît d’ailleurs avoir du mal à entrer dans le vif du sujet, et on espère qu’il se sera détendu, épanoui, au fil des représentations…

Olivier Rouvière

5 1 vote
Évaluation de l'article
Olivier Rouvière

REVIEWER

Diplômé en Histoire de l’Art et docteur en Lettres, Olivier Rouvière est journaliste musical, spécialisé en dramaturgie de l’opéra. Ancien producteur délégué à France Musique. Répertoires de prédilection : baroque et slave, au sens large.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires